,
Sapporo

Sapporo

Recherche Hôtel . Vols . Voitures . Fête

La neige, la bière, ou l’architecture coloniale… Qu’est-ce qui définit le mieux Sapporo, la capitale de l’île de Hokkaido ?

Avec son plan en damier, ses avenues rectilignes et leurs rues perpendiculaires, on pourrait se croire à New York ou à Hong Kong. Comme elles, Sapporo est une cité coloniale, fondée en 1866 par un gouvernement japonais qui entend alors « civiliser » l’île de Hokkaido… au détriment des Aïnous, ce peuple indigène installé sur Hokkaido depuis des milliers d’années.

La première gorgée de bière

Un siècle et demi plus tard, la 5e ville du pays compte deux millions d’habitants, et porte encore les traces de la colonisation. Dans cette Tour de l’horloge par exemple, le symbole de Sapporo : une simple maison de bois bâtie par les Britanniques, où une cloche américaine sonne les heures depuis 1881 ; les charmantes briques rouges de l’ancien siège du gouvernement ; ou le paisible jardin botanique (seule sa serre vaut le coup d’œil en hiver). A 15 minutes du centre-ville (bus ou métro), le Sapporo Beer Garden est la toute première brasserie ouverte au Japon (1876). Une vingtaine d’années seulement après l’ouverture du pays à l’étranger, et l’apparition d’une boisson occidentale qui deviendra bientôt le premier alcool national : la bière. Son joli bâtiment, lui aussi de briques rouges, et surmonté d’une étoile polaire (rouge à cinq branches), est devenu un musée. Mais la Sapporo est toujours brassée localement.

Les nuits de Susukino
Elle coule à flots, cette bière, dans les gargottes de Susukino. Avec 4500 restaurants et lieux de perdition, ce quartier ramassé et bruyant jouit d’une certaine réputation : on dit que c’est l’endroit le plus animé au nord de Tokyo ! Avec ses néons, ses cabarets, ses clubs de pachinko, sillonnés chaque soir par des employés éméchés, Susukino vit surtout la nuit. Mais on y trouve, à des heures décentes, de bonnes tables pour déguster les spécialités locales. Les froides mers de la région livrent les crabes les plus réputés du Japon, sans oublier les oursins, Saint Jacques, et encornets. Le Genghis Kan (agneau grillé) et les Sapporo râmen (nouilles dans un bouillon au miso) sont les deux grandes fiertés culinaires de Sapporo.

Froid devant !
Avec six mois enneigés et des débuts d’années à -8° C, Sapporo vit de novembre à avril sous un épais manteau blanc dont la ville a su tirer profit. Les pistes du Mont Moiwa ou du domaine de Niseko offrent aux skieurs une longue saison de glisse, et ce n’est pas un hasard si c’est ici que furent organisés les premiers Jeux Olympiques d’hiver du Japon, en 1972. Au plus fort des chutes neigeuses, en février, le Festival de la neige rassemble deux millions de visiteurs venus admirer les sculptures de glace géantes réparties dans le parc Odori, les rues de Susukino, et le grand stade Tsudome.

Et pour expérimenter les sources chaudes en hiver, le corps plongé dans un onsen en plein air tandis que la neige tombe sur des pins aux branches déjà lourdes, les stations de Jozankei et Noboribetsu ne sont qu’à une heure de train.

Recherche: Sapporo Voyage guide d'information

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sapporo - Created by Liemmp.com