,
Obon Festival des Lanternes

Obon Festival des Lanternes



Countdown to event:

Le festival d’Obon revêt une importance capitale pour le peuple japonais. Si, dans une minorité de régions de l’Est encore adeptes du calendrier lunaire, on l’a célébré au mois de juillet, c’est à partir du 7 août qu’il donnera toute sa mesure dans la majeure partie du Japon. Ce jour-là, les portes de l’enfer s’ouvriront, permettant aux défunts de revenir sur Terre pendant une semaine pour rendre visite à leurs proches. Ce festival, d’origine bouddhiste, offre une ambiance unique et étonne autant pour la communion qu’il provoque que par la richesse et la diversité de ses célébrations.
Candy in obon Festival
Le Japon n’est pas le berceau du bouddhisme. Loin de là. C’est sous l’influence de la Chine, puis de la Corée que le Japon a découvert, au VIe siècle, un bouddhisme pragmatique, basé sur la pratique plutôt que sur la doctrine, ne privilégiant la plupart du temps qu’un nombre limité de techniques spirituelles. Depuis, la culture bouddhiste est très présente aux Japon. Elle est dotée d’une forte orientation sociale et s’est développée en parallèle du shintoïsme, sorte de culte indigène de la nature et de divinités ancestrales. Dans le sillage du bouddhisme se sont logiquement imposées les fêtes et traditions qui accompagnent la pratique religieuse. Ainsi s’est fait connaître le festival d’Ulambana, dont l’origine remonte à l’histoire d’un moine bouddhiste dont la mère, disparue, ne pouvait supporter la souffrance du royaume des morts. Devant cet enfer, son fils fit de nombreuses offrandes aux prêtres bouddhistes qui sauvèrent la pauvre femme, l’envoyant au paradis. Le jeune moine se mit alors à danser pour célébrer l’événement.

Obon festival in Japan

Bon dance
Obon est la version japonaise d’Ulambana (littéralement  » le jour des ancêtres « ) : sa célébration dure une semaine. Précisons qu’il sera cette année célébré, dans la majeure partie du pays, du 7 au 15 août. Une minorité de régions de l’est du Japon qui applique encore le calendrier lunaire a fêté Obon en juillet dernier. Pendant sept jours, les esprits des morts reviennent sur Terre pour rendre visite à leurs proches. Charmant programme en perspective… Mais rassurez-vous, leurs intentions sont pacifiques.
Pendant toute la durée du festival, le rôle des familles sera de soulager ces fantômes des souffrances de l’enfer, qu’ils tentent de fuir. Les familles disposent de plusieurs rites censés non seulement libérer les esprits des défunts, mais surtout leur faire apprécier leur retour parmi les vivants ! Chaque région a ses propres chansons et danses qui incorporent les légendes locales. Il existe autour de cette fête et de la célébration des esprits des morts une diversité d’approches spirituelles sans égale.
Obon festival in Tokyo

Obon festival

Obon lanterns in river

Le festival commencera avec l’installation des Shouryoudana, le 7 août. Ces autels, dressés devant les maisons des familles pour faire bon accueil aux âmes des ancêtres, sont ornés de toutes sortes de mets et de présents. Riz, fruits et légumes, gâteaux, bonbons ou fleurs… Bien qu’il y ait une forte tradition de dons de nourriture, il n’y a pas de règle stricte. Chacun peut offrir ce que bon lui semble.
L’atmosphère spécifique d’Obon est directement liée à la principale activité qui le rythme : la visite des tombeaux familiaux. À l’échelle nationale ou au sein d’une ville, le phénomène est impressionnant. Les familles se rendent tous les jours au cimetière et décorent tombeaux et stèles : lanternes de papier et fleurs donnent à l’ensemble un aspect joyeux, accentué par les groupes d’enfants qui font exploser des pétards.
La danse a un rôle capital dans la célébration des esprits des anciens. La danse Fève-Odori a pour but de soulager l’esprit perturbé des ancêtres et a lieu dans la majeure partie des parcs des villes, dans les rues, les cours d’école ou tout autre endroit public. Chaque municipalité, chaque quartier même, définit les dates de ces séances de danses collectives. À tout moment de la journée, vous pourrez voir des danseurs former un cercle au milieu duquel joueurs de taiko (tambours typiques du Japon) et chanteurs s’en donnent à cœur joie. Dérivé moins gai mais plus mystique des danses dites traditionnelles, le Chankoko est consacré aux familles dont un des membres est mort l’année précédente. Les danseurs, accompagnés parfois des membres de la famille, portent des sous-vêtements bleus et des chapeaux fleuris, et exécutent leur danse dans le jardin ou près du tombeau familial pour ensuite arpenter les rues, battant un gong et un tambour, en chantant. Pour assister à un Chankoko, pas de règle générale : chaque ville et surtout chaque famille est libre d’organiser ces danses à n’importe quel moment de la semaine. L’idéal reste de se renseigner auprès des mairies à partir du premier jour du festival.
Au soir du 15 août débutera le fabuleux rituel des lanternes. Le rôle de celles-ci, omniprésentes pendant l’ensemble du festival (elle guident les esprits dans leur errance et leur permettent de retrouver le tombeau familial), prendra alors un peu plus de consistance. Lors d’un cérémonial haut en couleur et riche en émotions, les membres des familles japonaises déposeront sur un fleuve ou sur la mer des lanternes de papier, blanches ou colorées. Guidés par ces lumières bienfaitrices, les esprits pourront alors regagner l’au-delà, apaisés.

loading...


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Obon Festival des Lanternes | Tokyo | Japon - Created by Liemmp.com